Cabinet VL70 : Vérifiez la taxe foncière de vos locaux professionnels

VL70 Audit foncier
Article du 22/02/2022 mis à jour le 04/09/2022
 

Que vous soyez propriétaires ou locataires de vos locaux professionnels, le moment est venu de payer la taxe foncière qui leur correspond ! Mais avant cela, pourquoi ne pas vérifier que celle-ci est bien exacte, et non surévaluée ?

En effet, pour une raison ou une autre, il n’est pas surprenant que le calcul de l’impôt foncier d’un établissement ne soit plus à jour, et que l’entrepreneur doive payer un montant erroné.

Ainsi, nous souhaitons mettre en avant les services du cabinet VL70 Audit Foncier, spécialiste depuis plus de 15 ans sur la taxe foncière, la CFE, la taxe d’aménagement et la redevance d’archéologie !

Comment se passe cet audit foncier ?

C’est très simple, quatre étapes suffisent :

1/ Rendez-vous de présentation (comptez 30 à 40 min) puis signature de la convention et du mandat
2/ Réalisation d’un métrage de l’ensemble des surfaces bâties et non-bâties des locaux
3/ Comparaison des résultats obtenus avec les éléments détenus par les cadastres (utilisés pour le calcul de l’impôt foncier)
4/ Confirmation de l’état de l’imposition, à savoir surévaluée ou correctement établie.

Que se passe-t-il si l’imposition est correcte ?

Quelle que soit la prestation effectuée, celle-ci est gratuite si elle ne révèle aucune erreur.
C’est plutôt intéressant, n’est-ce pas ?

… Et si l’imposition a été surévaluée ?

En conclusion, à la fin de cette étude, vous aurez la certitude de payer la bonne imposition s’il s’agit d’un dossier d’abandon, ou le résultat d’économies suite à la réclamation contentieuse de VL70 auprès des différents services. Votre temps ne sera pas mobilisé, le cabinet VL70 gère tout le projet du début à la fin directement avec l’administration.

Le travail de VL70, basé uniquement sur le résultat, n’intervient qu’après le dégrèvement validé et/ou la mise à jour de la base foncière. Sa rémunération correspond à un 1/3 des réductions ou dégrèvements éventuellement obtenus sur les années auditées.

A savoir

Plusieurs changements ont impacté les taxes foncières 2021 et tout cela amène à une incompréhension générale avec des augmentations de taxes très importantes dans certains secteurs. 

De plus, une réforme est actuellement en cours, depuis 2016 et jusqu’en 2026 : la Révision des Valeurs Locatives des Locaux Professionnels. Celle-ci accentue d’autant plus ces variations.

Enfin, concernant les taxes foncières 2022, il risque d’y avoir des augmentations de coefficient, sur tout le territoire national, du fait des évènements d’actualité se déroulant au niveau international.

Présent à vos côtés, VL70 pourrait vous apporter des éléments de réponse et vous offrir une meilleure lecture de votre impôt foncier.

Rappel : le cabinet VL70 peut faire une étude, que vous soyez propriétaire ou locataire des locaux (loi Pinel).

Vous souhaitez en savoir plus sur le cabinet VL70 ?

VL70 travaille sur la taxe foncière, la CFE, la taxe d’aménagement et la redevance d’archéologie.

Contactez Stéphane ACHART au 06 26 24 08 09 ou par mail à sud-ouest@vl70.fr !

Partager l'article sur :

Retour de la Prime de partage de la valeur (Prime Macron) : qu’est-ce qui change ?

Retour de la Prime de partage de la valeur
30/08/2022
 
La loi n°2022 du 16 août 2022 (art.1) portant sur les mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat et qui prévoit la possibilité de verser une prime de partage de la valeur a été adoptée et publiée au Bulletin Officiel. Cette prime vise à remplacer de façon pérenne la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (Prime Macron).Cette prime peut être versée depuis le 1er juillet 2022.
Elle est exonérée de cotisations sociales et fiscales jusqu’à 3 000 € (ou jusqu’à 6 000 € pour les entreprises ayant un accord d’intéressement ou de participation non obligatoire) sur l’année civile. Le versement de cette prime a été pérennisé sans limite de durée.
Les salariés éligibles à cette prime sont ceux à temps complet ou à temps partiel, les intérimaires mis à disposition de l’entreprise utilisatrice, quelle que soit la nature du contrat de travail (CDI, CDD, contrat d’apprentissage, etc.), inscrits à l’effectif de l’entreprise à la date de versement de la prime de partage de la valeur. A défaut de contrat de travail, le versement de la prime n’ouvre pas droit à l’exonération (ex : président, directeurs généraux, gérants).
Comme pour l’ancienne prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, cette nouvelle prime ne doit pas se substituer à des primes ou des augmentations de salaire prévues par un accord salarial, le contrat de travail, la convention collective ou les usages en vigueur dans l’entreprise.
Sans pouvoir exclure des salariés présents au versement de la prime, un montant différent peut être versé aux salariés selon :
  • La rémunération ;
  • Le niveau de classification ;
  • L’ancienneté dans l’entreprise ;
  • La durée du travail prévue au contrat de travail ;
  • La durée de présence effective pendant l’année écoulée.
Le versement de la prime peut être réalisé en une ou plusieurs fois, dans la limite d’une fois par trimestre, au cours de l’année civile (après consultation du CSE s’il existe).
Vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif précisant plus en détails les caractéristiques de cette prime.
La prime de partage de la valeur doit faire l’objet d’une décision unilatérale ou d’un accord d’entreprise pour bénéficier des exonérations. 

Nous pouvons vous accompagner pour l’établissement de ces documents, pour cela, nous vous invitons à contacter votre interlocuteur habituel au sein du pôle Ressources Humaines & Droit Social du groupe Augefi.

– Cliquez sur l’image pour l’agrandir –

Partager l'article sur :

Augefi développe son pôle agricole !

Augefi développe encore ses compétences agricoles
27/07/2022
 

En tant que cabinet d’audit et expertise comptable héraultais, nous savons que de nombreuses exploitations agricoles parsèment notre beau territoire. Nous sommes également tout à fait conscients que ces entreprises sont confrontées à de multiples spécificités, en lien direct avec leur appartenance au milieu agricole, et qui relèvent de nos domaines de prédilection.

C’est donc avec ces informations en tête que le groupe Augefi a mis en place, depuis 2015, un pôle d’Expertise Comptable Agricole, spécialement dédié à ce secteur d’activité. L’équipe pluridisciplinaire qui le compose bénéficie ainsi maintenant d’une solide expérience du domaine agricole.

Peut-être ne le saviez-vous pas, mais pour être au plus près de ses clients issus du domaine agricole, le groupe Augefi intervient sur un territoire assez vaste, incluant l’Hérault, son point d’ancrage, mais aussi l’Aude et le Gard. Aussi, pour faire face au succès grandissant de son pôle dédié, le groupe Augefi a ouvert en 2020 un nouveau cabinet à Pézenas, développant et fortifiant ainsi sa compétence agricole.

Notre but ? Vous accompagner dans l’évolution de votre exploitation, grâce à un suivi personnalisé vous guidant vers les meilleures solutions adaptées à votre profil !

Pour connaitre le détail de nos services dédiés au monde agricole, consultez notre plaquette Expertise comptable agricole !

Vous souhaitez en discuter tranquillement avec nous ?
Laissez-nous vous recontacter :

    Partager l'article sur :

    Fermeture estivale 2022

    Vacances Augefi été 2022
    20/07/2022
     

    Cette période fiscale 2022 étant maintenant achevée, il est temps de faire place à des vacances bien méritées pour nos équipes !

    Par conséquent, nous allons devoir fermer durant quelques jours certains de nos cabinets : 

    • Bassin de Thau (Frontignan) => du lundi 15 au lundi 22 août (inclus)
    • Béziers et Bédarieux => du lundi 15 au vendredi 19 août (inclus)

    De leurs côtés, nos cabinets d’Agde, Mauguio et Pézenas resteront ouverts pour vous accueillir durant toute la période estivale.

    Nous vous remercions par avance pour votre compréhension et vous souhaitons de passer également de bonnes vacances !

    Partager l'article sur :

    Location de bureaux individuels à Montpellier

    Carte localisation bureaux à louer
    14/06/2022
     

    Peut-être l’avez-vous déjà remarqué ? L’environnement de notre cabinet Augefi Montpellier est actuellement en pleine évolution, notamment avec la création de bureaux individuels proposés à la location mensuelle !

    > Localisation

    Basés à Mauguio, dans un quartier très accessible et en pleine expansion situé en périphérie immédiate de Montpellier, nos bureaux bénéficient d’une situation idéale, à seulement quelques minutes de la Gare Montpellier Sud de France, de l’Aéroport Montpellier Méditerranée, de l’accès à l’autoroute A9, du Parc des Expositions de Montpellier, et des plages.

    Carte localisation bureaux à louer

     

    > Prestations

    Nos tarifs incluent les services suivants :
    + Bureaux meublés et équipés en fibre
    + Chauffage et climatisation
    + Accès cuisine et toilettes
    + Frais d’électricité, Internet, entretien des bureaux et des espaces communs, etc.
    + Possibilité de parking gratuit et facile
    + L’opportunité d’agrandir son réseau !

    Nous vous proposons : 

    > Bureaux individuels

    Exemple d'un bureau individuel à louer

    Nos locaux disposent de :
    -> 5 bureaux individuels de 12 m², à 280€ HT/mois/bureau
    -> 5 bureaux individuels de 18 m², à 350€ HT/mois/bureau

    * Location au mois, engagement d’un mois minimum

    > Salle de réunion

    Notre salle de réunion de 16 m², pouvant accueillir de 8 à 10 personnes, avec vidéoprojecteur, est à louer :
    -> à la demi-journée pour 90€ HT
    -> à la journée pour 150€ HT

    > Option complémentaire

    Il est également possible de louer une boîte aux lettres (location de 6 mois minimum).

    Disponibilité

    Actuellement en cours d’aménagement, ces bureaux individuels ainsi que la salle de réunion seront disponibles à la location à partir du 1er octobre 2022 !

    Adresse & Contact

    91 rue Rajol, 
    34130 MAUGUIO
    Partager l'article sur :

    Quelles nouveautés concernant l’actualité sociale ?

    Nouveautés actualité sociale mai 2022
    29/04/2022
     

    1 – Contrat à temps partiel
    2 – Questionnaire Pôle Emploi pour les dirigeants d’entreprise
    3 – Nouvelle fiche de demande de contrat

    1 – Répartition de la durée de travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois des contrats à temps partiel

    Le contrat de travail du salarié à temps partiel est un contrat écrit qui doit mentionner la durée hebdomadaire ou mensuelle prévue et la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois (C. trac., art. L. 3123-6).

    Une récente décision de la Cour de cassation vient confirmer cette obligation (Cass. soc., 17 nov. 2021, n° 20-10.734). Elle explique qu’il ne peut être dérogé par l’employeur à l’obligation de mentionner, dans le contrat de travail à temps partiel, la durée hebdomadaire ou mensuelle prévue, et la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois.

    Si un contrat à temps partiel ne mentionne pas la répartition comme expliqué ci-dessus, en cas de litige avec le salarié, ce dernier peut prétendre à la requalification du contrat en temps plein liée à l’absence de mention contractuelle sur la répartition du temps de travail.

    Ce sera à l’employeur de justifier devant le Conseil des Prud’hommes, que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’avait pas à se tenir constamment à sa disposition.

    A titre d’exemple, un contrat à temps partiel qui prévoit la répartition de la durée de travail entre les jours de la semaine prendrait la forme suivante :

    Article 5.1 : Durée du travail hebdomadaire
    La durée hebdomadaire du travail de la salariée sera de 24 heures.

    Article 5.2 : Répartition journalière de la durée du travail
    La durée mensuelle du travail de la salariée sera répartie à hauteur de 24 heures par semaine, réparties de la manière suivante :

      • Lundi : 8h – 12h / 14h-16h
      • Mardi : 8h – 12h / 14h-16h
      • Mercredi : Repos
      • Jeudi : 8h – 12h / 14h-16h
      • Vendredi : 8h – 12h / 14h-16h
      • Samedi : Repos
      • Dimanche : Repos

    Les horaires de travail de la salariée, pour chaque journée travaillée, seront communiqués à la salariée par la remise d’un planning et affichés au sein de l’entreprise sur les panneaux prévus à cet effet.

    2 – Questionnaire Pôle Emploi : Entreprises, vérifiez les droits à l’assurance chômage de vos dirigeants, associés ou salariés avec un lien de parenté au dirigeant

    Les dirigeants d’entreprise ou associés, ou bien encore salariés ayant un lien de parenté avec le chef d’entreprise, qui justifient d’un contrat de travail, en plus de leur fonction, peuvent bénéficier de la couverture de l’assurance chômage et des réductions générales des cotisations patronales (« réductions FILLON »), à la condition que les trois critères du contrat de travail soient réunis :

      • l’exercice de tâches techniques ;
      • l’existence d’une rémunération correspondant à l’exercice des fonctions techniques ;
      • l’existence d’un lien de subordination juridique permettant à l’employeur de diriger et de contrôler le salarié (le lien de subordination ne sera pas établi si vous disposez d’une procuration sur les comptes bancaires de la société).

    Il est conseillé de demander à Pôle Emploi d’étudier votre situation ou celle de la personne dirigeante ou associée afin de :

      • déterminer votre ou son assujettissement à l’assurance chômage ;
      • vous assurer de vos ou ses droits aux allocations d’assurance chômage, en cas de perte d’emploi ;
      • vérifier l’éligibilité aux réductions générales des cotisations patronales dites « Réduction Fillon ».

    Notre cabinet peut vous proposer de vous accompagner et préparer le questionnaire avec les pièces complémentaires destinées à Pôle Emploi afin d’étudier votre situation.

    => Si vous êtes concerné par ce questionnaire, n’hésitez pas à prendre contact avec le Pôle Ressources Humaines et Droit Social du cabinet afin que nous fassions le point sur votre situation.


    3- Nouvelle fiche de demande de contrat

    Afin de détecter toute incidence en lien avec la couverture de l’assurance chômage ainsi que des réductions générales des cotisations patronales, la fiche de demande de contrat évolue.

    Dans cette nouvelle fiche, vous trouverez de nouvelles questions relatives au lien de parenté avec le dirigeant, les parts sociales ainsi que sur le mandat social.

    ⚠ Si ces informations sont manquantes dans la fiche de renseignements transmise, à défaut, le salarié embauché sera considéré comme un salarié classique (application des cotisations Pôle Emploi et réductions Fillon). Nous attirons donc votre attention sur l’importance de renseigner cette information afin d’éviter, en cas de contrôle URSSAF, un redressement sur la réduction Fillon qui aurait été appliquée à tort.

    Partager l'article sur :

    Risque cyber au regard de l’environnement géopolitique

    Risque cyber au regard de l’environnement géopolitique
    03/03/2022
     

    Nous faisons face à de nombreuses tensions géopolitiques, dont les effets sur la cybersécurité sont à anticiper. Quelle que soit l’activité de votre entreprise, nul n’est épargné par le risque cyber au regard du contexte international.

    Nous attirons donc votre attention sur la nécessité de renforcer votre vigilance et de mettre en œuvre des mesures de cybersécurité pour garantir la protection de votre entreprise.

    > Les 5 mesures cyber-préventives prioritaires de l’ANSSI

    L’Agence de cybersécurité civile française (ANSSI) incite les entreprises à mettre en œuvre les 5 mesures préventives prioritaires ci-dessous afin de limiter la probabilité d’une cyberattaque ainsi que ses potentiels impacts :

      1. Renforcer l’authentification sur les systèmes d’information
      2. Accroître la supervision de sécurité
      3. Sauvegarder hors-ligne les données et les applications critiques
      4. Établir une liste priorisée des services numériques critiques de l’entité
      5. S’assurer de l’existence d’un dispositif de gestion de crise adapté à une cyberattaque

    Nous vous invitons à télécharger le support publié sur le site de l’ANSSI ci-après : https://www.ssi.gouv.fr/uploads/2022/02/20220226_mesures-cyber-preventives-prioritaires.pdf

    > Alertes et avis de sécurité émis par le Centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques (CERT-FR)

    L’ANSSI préconise également de consulter régulièrement et attentivement les avis de sécurité émis par le CERT-FR afin de prévenir d’un éventuel danger : https://www.cert.ssi.gouv.fr/

    > Guide d’hygiène informatique de l’ANSSI

    Pour aller plus loin, il est recommandé de vous assurer de la bonne mise en place des mesures de sécurité présentées dans le guide d’hygiène informatique de l’ANSSI pour renforcer la sécurité de votre système d’information.

    > Bons réflexes pour se prémunir du phishing

    Le phishing (ou hameçonnage) consiste à escroquer en ligne en envoyant de faux courriels imitant ceux d’une institution ou entreprise et semblant provenir d’une source fiable.

    Pour vous prémunir de ce type de campagne d’attaques, il est recommandé de redoubler d’attention pour avoir un comportement responsable et avisé. Il s’agit en effet de faire preuve de bon sens, garder un esprit critique, ne jamais se précipiter, et prendre toujours le temps de la réflexion en cas de réception de courriel douteux.

    Ci-dessous les réflexes incontournables à adopter pour protéger son système d’information d’une éventuelle attaque :

    5 consignes de cyber-sécurité

    La cybersécurité est plus que jamais l’affaire de tous.

    Nous vous remercions de votre vigilance et vous assurons de notre engagement pour lutter ensemble contre la cybercriminalité.

    Vous avez des questions ou besoin de conseils en informatique ?
    N’hésitez pas à nous contacter !

    Partager l'article sur :

    Quelles sommes sont à verser en 2022 au titre de la formation professionnelle ?

    Formation professionnelle 2022
    22/02/2022
     

    Depuis le 1er janvier 2022, les contributions légales de formation des salariés sont à verser à l’Urssaf et la périodicité des versements est modifiée. 

    Cette réforme s’accompagne de la modification de certaines règles, notamment concernant les exonérations applicables à ces contributions. 

    > Versement des contributions 2022 aux mêmes échéances que les cotisations de sécurité sociale 

    Sont concernées la contribution CPF-CDD, ainsi que la Cufpa (contribution à la formation professionnelle des salariés, et taxe d’apprentissage au titre de la part principale).

    > Versement des contributions dues au titre de 2021  

    Au cours du 1er trimestre 2022, les employeurs vont devoir verser le solde des sommes dues au titre des périodes d’emploi de 2021 en plus de celles dues au titre des premiers mois de 2022. 

    Solde des sommes dues Formation professionnelle 2022

    > Attention au versement supplémentaire au titre du solde de la taxe d’apprentissage 

    A été créé un solde de la taxe d’apprentissage intermédiaire calculé sur la masse salariale 2021. Les versements seront à effectuer auprès des organismes de formation habilités avant le 1er juin 2022.  

    Le solde de la taxe d’apprentissage calculé sur la masse salariale 2022 sera, quant à lui, à verser à l’Urssaf au moment de la DSN d’avril 2023.
     
     

     N’hésitez pas à contacter votre gestionnaire de paie en charge de votre dossier ! 

    Partager l'article sur :

    Rétrospection de l’année sociale 2021 & Nouveautés pour 2022

    Rétrospection de l'année sociale 2021

    25/01/2022

    En ce début d’année, il est intéressant de faire le point sur la finalisation de l’année sociale 2021, en mettant l’accent sur les changements qui vont impacter l’année 2022. Vous êtes prêts ?

    > Rétrospection de l’année 2021

    L’année écoulée a une fois de plus baigné, tout comme 2020, dans l’activité partielle, les arrêts de travail dérogatoires et les gardes d’enfants.

    Cependant, elle a également permis le versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dite « Prime Macron » (il est d’ailleurs toujours possible de la verser jusqu’au 31/03/2022 si vous n’en avez pas encore fait profiter vos salariés), les aides et exonérations relatives à la Covid-19 (pour les entreprises en difficulté) et nous avons terminé l’année en beauté avec l’indemnité inflation, qui s’est révélée particulièrement compliquée à appliquer pour nos gestionnaires de paie !

    De son côté, le Smic a augmenté 2 fois : 10,25 € de l’heure du 01/01/2021 au 30/09/2021 puis il est passé à 10,48 € à compter du 01/10/2021.

    Enfin, il est à noter une augmentation du congé de paternité, qui est passé de 11 jours calendaires à 25 jours calendaires au 01/07/2021 pour une naissance simple et 32 jours calendaires pour des naissances multiples.

    > Nouveautés pour 2022

    Pour bien débuter l’année, le Smic a subi une augmentation à 10,57 € de l’heure.

    Par ailleurs, des nouveautés de paie sont à noter : le passage de la DSN pour les caisses de congés payés dès le 01/01/2022, ce qui implique pour les entreprises du BTP, un paiement mensuel dès le 15/02/2022. Les Déclarations Nominatives Annuelles sont donc supprimées pour la période du 01/04/2022 au 31/03/2023.

    Autres changements : la part principale de taxe d’apprentissage (87%), la cotisation de formation continue et la taxe CPF-CDD seront désormais collectées par les Urssaf et les Msa dès le 01/01/2022 mais uniquement les taux légaux. Les taux conventionnels de formation continue et le solde de la taxe d’apprentissage seront quant à eux appelés aux échéances habituelles.

    Pour terminer, les aides à l’embauche pour les emplois francs sont reconduites jusqu’au 31/12/2022, de son côté la nouvelle déclaration de signalement Fin de Contrat de Travail Unique (FCTU) remplace l’Attestation Employeur Dématérialisée et l’Attestation Employeur Rematérialisée, et enfin il est à relever la dématérialisation des taux AT/MP.

    Voici donc les nouveautés de ce début d’année 2022. Nous vous tiendrons informés de la suite des annonces et nous restons à votre disposition pour répondre à vos questions.

    Vous avez besoin de conseils sur la mise en place du télétravail ?
    Consultez notre dernier article sur ce sujet !

    Partager l'article sur :

    Mise en place du télétravail

    Mise en place du télétravail
    17/01/2022
     

    Mettre en place le télétravail au sein de votre entreprise :
    Un impératif lié à votre obligation de​ sécurité mais pas que…


    L’obligation d’instaurer le télétravail est inscrite dans le protocole sanitaire en entreprise qui a été modifié le 3 janvier 2022.
    Ce dernier stipule que le chef d’entreprise devait fixer à compter du 3 janvier 2021 et pour une durée de 3 semaines un nombre minimal de 3 jours de télétravail par semaine pour les postes qui le permettent. Lorsque l’organisation du travail et la situation des salariés le permettent, ce nombre peut être porté à 4 jours par semaine.

    Même si ce protocole n’a pas de force obligatoire d’un point de vue juridique, puisqu’il s’agit d’un « ensemble de recommandations » selon le Conseil d’Etat, pour autant, cela ne signifie pas que vous ne risquez aucune sanction si vous refusez de mettre en place le télétravail lorsque le Gouvernement le sollicite.

    En effet, en tant que chef ​d’entreprise, vous êtes tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé de vos salariés (Code du travail, art. L. 4121-1 et L. 4121-2). Le télétravail en fait partie.

    Alors pourquoi ne pas le pérenniser au sein de votre entreprise ?

    Les bénéfices du télétravail ont été identifiés : hausse de la productivité, diminution de l’absentéisme, réduction de certains coûts, etc.
    Mais pour cela, il est important de l’encadrer.

    Comment : accord, charte ou accord par tout moyen ?

    La mise en place du télétravail peut se faire dans le cadre d’un accord collectif ou, à défaut, dans le cadre d’une charte élaborée par l’employeur après avis, s’il existe, du CSE (Comité Social et Economique). En l’absence d’accord collectif ou de charte, lorsque le salarié et l’employeur conviennent de recourir au télétravail, ils formalisent leur accord par tout moyen.

    L’accord collectif, ou dans une moindre mesure, la charte, sont les moyens les plus adaptés en cas de télétravail régulier. Ils permettent de diffuser au sein de l’entreprise les règles applicables.

    Les conditions d’exercice du télétravail

    Outre les mentions obligatoires prévues pour l’accord collectif ou la charte (conditions de passage en télétravail, notamment des travailleurs handicapés ; modalités d’acceptation par le salarié des conditions de mise en œuvre ; modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge de travail ; détermination des plages horaires durant lesquelles l’employeur peut contacter les salariés), il est important de fixer les règles relatives au lieu du télétravail, à la sécurité informatique ou encore à la prise en charge des frais professionnels éventuellement engendrés par ce mode d’organisation de travail.

    La mise en œuvre du télétravail peut s’avérer être une véritable opportunité pour asseoir l’attractivité de l’entreprise et favoriser le recrutement et la fidélisation des salariés.

    Pour un diagnostic personnalisé, et la mise en place d’un dispositif adapté à vos besoins, n’hésitez plus et contactez notre experte en Droit Social : Nathalie Ferrère !

    Partager l'article sur :